L’INFINIMENT MOYEN

UNE PIECE DE THEATRE DE

COLLECTIF MENSUEL

LIBREMENT INSPIRE DE

“ZAÏ ZAÏ ZAÏ” DE FABCARO

Dans cette nouvelle création, le Collectif Mensuel dresse le portrait d’une société à bout de souffle, décervelée, dans laquelle la marchandisation sans limite et la médiatisation permanente empêchent l’émergence d’une pensée, pas même critique, simplement indépendante et propagent en continu un blabla informe, intarissable et d’un vide abyssal.

Il poursuit, dans ce nouveau projet, son exploration d’un théâtre composite, décalé, surgi de la rencontre improbable entre l’univers rigide du roman photo, l’énergie de la musique de concert, la liberté de la bande dessinée, la minutie du bruitage et le plaisir du jeu d’acteur, le tout mené tambour battant sur un tempo d’enfer.

NOTE D’INTENTION

De la nécessité de défendre et de pratiquer un théâtre concerné par un climat social, politique, culturel et économique où l’écart entre les plus riches et les plus pauvres ne cesse de s’accentuer, où l’on détricote chaque jour un peu plus nos systèmes de solidarité, et où le profit de quelques uns se fait au détriment de tout, jusqu’à même la pérennité de notre planète, de l’importance de cultiver par le théâtre le goût de la réflexion politique et de la polémique à l’heure où le conformisme de la pensée dominante tend à faire disparaître tous débats d’idées, de l’opportunité par l’exploitation de matériaux non dramatiques (BD, roman photo, archives TV, …) de poursuivre notre exploration d’un théâtre personnel, pavé d’humour, de Rock’n’roll et toujours en quête de formes singulières et de moyen de récit propre, de notre attention permanente à permettre une large visibilité de nos spectacles, de notre opiniâtreté à tisser des liens, à multiplier les partenariats, à croiser différents secteurs d’activité, permettant ainsi un partage des savoirs, et d’enrichissantes confrontations de nos réalités respectives, de notre détermination à aller à la rencontre d’un public aussi large que possible, sans restriction d’ordre culturel ou social, diversifiant pour cela les voix d’accès, et rencontrer ainsi un des enjeux majeurs du service publique, de notre prédilection pour une pratique collective qui place chacun des intervenants dans une dynamique créative et responsable tant sur des questions esthétiques que dramaturgiques, de toutes ces notions nous sommes porteurs, chacune d’elles guide chacun de nos pas, année après année, et dans l’élaboration de cette future création.

PRODUCTEUR : DC&J Création (BE)

CO-PRODUCTEUR : Collectif Mensuel (BE)